Detrás  2015 - Série de 22 photographies
Detrás n° 2
Detrás n° 2
Detrás n° 4
Detrás n° 4
Detrás n° 7
Detrás n° 7
Detrás n° 9
Detrás n° 9
Detrás n° 11
Detrás n° 11
Detrás n° 16
Detrás n° 16
Detrás n° 23
Detrás n° 23
Detrás n° 24
Detrás n° 24
Detrás n° 26
Detrás n° 26

DETRÁS

Devant, des mains.

Qui saisissent, caressent, qui pressent sur la gâchette ou sur le déclencheur ; qui racontent, se taisent, annoncent, découvrent ; qui savent…

… mais… derrière ?

En région parisienne, un immense squat ; trois niveaux d’interminables couloirs, de salles gigantesques, d’escaliers voluptueux ; verrières, cheminées, terrasses, vérandas ; des mains ont brisé les fenêtres, déchiqueté les plafonds, tagué, graphé, griffé les murs ; ma main appuie nerveusement sur le bouton de mon Canon pour saisir…

… mais… derrière ?

Un sanatorium, installé au milieu d’une forêt de pins, qui a pu contenir jusqu’à quatre cents malades ; mais aussi, durant la seconde Guerre mondiale, un camp de concentration, bref séjour avant l’envoi à Auschwitz ; des mains ont souffert ou supplié, d’autres ont frappé, ont humilié ; les miennes jouent avec les touches de mon clavier pour montrer…

… mais… derrière ?

Béton charnel, sang et papier, témoignage onirique… Où est la vérité ? Derrière, toujours un peu plus derrière…

Detrás.